Flux RSS

VENTE EUROPEAN SPIRIT AND SELECTED DESIGN @ PIASA – 20 JUIN 2018

Publié le

Toutes les infos sur la site de PIASA

Publicités

PROTOTYPE BUREAU BOOMERANG DIT « GRAND PDG » PAR MAURICE CALKA EDITION LELEU-DESHAYS 1969

Publié le

bureau boomerang maurice calka

Disponible chez PIASA dans le cadre de la vente European Spirit and Selected Design le 20 juin 2018.

VENTE DESIGN @ TAJAN – 5 JUIN 2018

Publié le

Toutes les infos sur le site de TAJAN

BIO : VICO MAGISTRETTI (1920-2006)

Publié le

VICO MAGISTRETTI 1

Tour à tour Architecte, urbaniste  et designer industriel, Vico Magistretti (1920-2006) a marqué de son emprunte les arts décoratifs du XXème. Son travail novateur caractérisé par une évidente recherche de simplicité et de rationalisme fut  valorisé chez les plus grands éditeurs italiens tels que B&B Italia, Fontana Arte, De Padova, Cassina, Oluce, Artemide ou Kartell. Il mis à disposition ses talents d’architecte pour la reconstruction d’après-guerre pendant les années 40 avant d’épouser la décennie suivante une grande carrière de designer industriel initiée par la chaise Carimate pour Cassina. Sa quête de la forme épurée se traduit par des créations aux formes géométriques empruntes de fonctionnalité, l’usager restant toujours au cœur de ses préoccupations.

LES 1er PAS EN TANT QUE DESIGNER INDUSTRIEL : LE FAUTEUIL CARIMATE

A l’aube des années 60, Vico Magistretti est encore occupé casiment à temps plein en tant qu’architecte et urbaniste lorsque qu’il se voir confier le projet d’aménagement du restaurant du Club House de Carimate en Italie. Ne trouvant pas le type d’assises qu’il cherchait chez les différents éditeurs de mobiliers de l’époque, il décide de dessiner les assises lui-même en s’inspirant des fauteuils de campagne traditionnels en bois et cannage.  Dans la foulée, il fait la rencontre de Mr Cesare Cassina, fondateur de l’éditeur éponyme, qui essaye le fauteuil et lui lance « Magistretti, pourquoi ne pas produire cette chaise? ». C’est ainsi que débuta une très longue collaboration entre les 2 hommes et que fut lancée la carrière de designer industriel de Vico Magistretti. Pour les chineurs comptez entre 150 et 250eur pour l’achat d’un fauteuil ou d’une chauffeuse Carimate mais attention à bien vérifier l’état du cannage.

LE PLASTIQUE AVEC ARTEMIDE

Magistretti entame un long partenariat avec le milanais Artemide à partir  1962, il en ressortira une série de lampes aussi ingénieuses qu’iconiques comme la lampe Eclisse, la Dalù, la Telegono ou bien les appliques Téti. Il dessinera également du mobilier en profitant de l’avènement du plastique moulé et de la fibre de verre comme standard  dans les années 60, c’est ainsi qu’il imagine la gamme de tables Démétrio et les chaises Selene. Pendant toute cette décennie, il s’affirme  clairement comme un acteur incontournable dans le paysage des designers italiens ayant une reconnaissance internationale en pleine période « space-age ».

DIRECTEUR ARTISTIQUE CHEZ OLUCE

En 1968, Magistretti succède à Joe Colombo en devenant le nouveau directeur artistique du plus vieil éditeur de luminaires italiens encore en activité : Oluce. Cette collaboration durera plus de 20 ans et donnera naissance à quelques-uns des plus grands classiques du design en terme du luminaires  comme la série des lampes Snow en 1973, les lampes Melilla en 1978 ou bien la lampe Atollo en 1977, synthèse à elle seule de toutes les facettes du travail de Vico Magistretti en qualité de designer. Les lampes Snow existent en 3 déclinaisons : suspension, lampe à poser et lampadaire, vous pourrez en trouver chez des marchands spécialisée entre 300 EUR pour la première et 1200 à 2000 EUR pour les suivantes.

LES ANNEES 80

Alors que les années 80 voient l’avènement de nouveaux concepts dans le design industriel, notamment avec l’émergence du groupe Memphis sous l’égide d’Ettore Sottsass, Michel de Lucchi et Andrea branzi entre autres, Vico Masgitretti ne déroge pas à ses préceptes de simplicité et de fonctionnalité. Il ne cède pas aux sirènes d’un design trop orienté vers la mode et le Pop Art derrière lesquels la fonctionnalité s’efface, et dessine la canapé Sindbad pour Cassina en 1981, la table Vidun pour De Padova en 1986 ou encore la lampe Slalom pour Oluce en 1985. Il s’attachera avant tout à l’usage qu’en aura l’acheteur ainsi qu’à une certaine tradition dans l’histoire du design, leighmotiv qui l’animera tout au long de sa carrière qui s’achèvera à sa mort en 2006. Il résumera son travail ainsi : « Pour moi, dessiner, ce n’est pas reproduire l’objet dans tous ses détails morphologiques et techniques. C’est un moyen de creuser plus en profondeur, pour trouver et exprimer l’âme, l’essence de l’objet, ou mieux définir cette autre réalité possible qui existe derrière la réalité visible. »

VICO MAGISTRETTI 4

magistretti eclisse

PIECES ICONIQUES :


LAMPE ECLISSE – ARTEMIDE 1965

Magistretti dessine la lampe Eclisse pour l’éditeur italien Artemide en 1965, il s’inspire des lanternes traditionnelles et utilise une demi-sphère en métal laqué afin de pouvoir réguler la lumière pour créer différentes atmosphères jusqu’à atteindre « l’éclipse ». Une création d’une apparente simplicité qui est toujours éditée aujourd’hui chez Artemide et pour laquelle Magistretti remporta le Compasso de Oro à la XIV triennale de Milan en 1967. Cette lampe se trouve assez facilement sur le marché de l’occasion étant donné le nombre de pièces fabriquées depuis sa création, vous pourrez en acquérir un exemplaire entre 80 et 120 EUR en fonction de l’état bien entendu et du coloris.

CHAISE SELENE – ARTEMIDE 1969

En 1969, la chaise Selene fait partie des premières chaises en fibre de verre et plastique moulé, au même titre que la chaise universal de Joe Colombo ou bien de la « S chair » de Verner Panton. Toutes 3 empilables, elles utilisent les toutes nouvelles de techniques de fabrication de l’époque et augurent de que sera le mobilier des années 60 tant au niveau des formes que des couleurs pop. C’est Enesto Gismondi, alors directeur d’Artemide, qui, au retour d’un voyage en Allemagne, soufflera l’idée à Magistretti d’utiliser ces nouveaux procédés. L’année suivante, ce dernier déclinera la Selene en 2 autres versions : le fauteuil Gaudi et la chauffeuse Vicario, le prix de ces assises se situant autour de 200eur la pièce quelque-soit le modèle.

LAMPE ATOLLO – OLUCE 1977

Il s’agit peut-être du plus grand best-seller de Vico masgistretti, si ce n’est en terme de ventes, du moins en terme d’image. La lampe à poser Atollo, fruit de la collaboration entre Magistretti et l’éditeur italien Oluce, sort en 1977 et remporte un Compasso d’Oro en 1979, on retrouve toute la démarche du créateur milanais dans cette lampe : la simplicité, la perfection des proportions, la géométrie des lignes, ainsi que le maitrise de la diffusion de la lumière. On retrouve ici tous les thèmes chers à Magistretti qui ne s’encombrait pas de fioritures afin d’aller directement à l’essentiel, ceci allant de paire, dans le cas présent, avec une certaine complexité dans la fabrication. Actuellement rééditée chez Oluce, cette lampe sculpturale existe en 3 tailles : 35cm, 50cm ou 70cm, comptez environ 700 EUR pour un grand modèle d’occasion.

CANAPE SINDBAD – CASSINA 1981

Relatif échec commercial à sa sortie en 1981 chez Cassina, la gamme Sindbad, composée d’un canapé et d’un fauteuils déclinés en 2 hauteurs de dossiers, n’en reste pas moins une des créations favorites de Magistretti pour la périodes 80s. Constituée d’un châssis métallique complété de 4 pieds en hêtre teinté noir, la structure est tout simplement recouverte d’un grand couvre-lit en laine gansé de tissu épais rappelant les couvertures de chevaux chères à nos voisins anglais. Un modèle original et coloré, doté d’un rare confort, représentatif des  nouvelles directions que prend le design dans les années 80. L’apparente simplicité du dessin confère à la pièce une certain côté nonchalant, ceci allant à contre-courant du « néodesign » de cette époque, porté par les éditeurs Memphis et Alchimia avec en chef de file Ettore Sottsass et Alessandro Mendini. Les canapés et les fauteuils Sindbad sont assez difficiles à trouver car peu édités en leur temps suite à la faible demande, ce qui ne les empêche de rester abordables, un sofa s’échange entre 800 et 1200 EUR alors qu’un fauteuil trouvera preneur pour 400 EUR. 

BIBLIOGRAPHIE :

Vico Magistretti – Vanni Pasca – Thames & Hudson 1991

Made in Cassina – Giampiero Bosoni – Flammarion 2009

L’utopie Du Tout Plastique – Fondation pour l’Architecture – 1994

Oluce – Thomas Brauniger – Les Luminaires Modernistes – 2015

Fondation : www.vicomagistretti.it

telegono magistretti artemide

vico magistretti sindbad cassina

FOCUS MAROLLES @ GALERIE DESPREZ-BREHERET

Publié le


Après avoir tenu une première galerie spécialisée dans les arts décoratifs du XXème siècle à Angers pendant une quinzaine d’années, le couple Benjamin Desprez & Hélène Bréhéret déménage à Paris dans un très bel écrin au 30 rue Croix des Petits Champs dans le 1er arrondissement. Situés à quelques pas de la future Fondation Pinault, ils ajoutent à leur offre en mobilier ancien ( Charlotte Perriand, Ingo Maurer, Jean Touret, Pierre Chapo, Jeanine Abraham …), une sélection de pièces contemporaines avec les sculptures lumineuses de Guy Bareff et les tapisseries en feutre de laine de Brigitte Bouquin Selles, deux artistes représentés exclusivement par la galerie. Vous pouvez également venir découvrir en ce moment une très rare sélection de meubles et de luminaires des Artisans de Marolles et de Jean Touret.

Galerie Desprez Bréhéret – 30, rue Croix-des-Petits-Champs – 75001 Paris

Ouvert les vendredi et samedi de 11h à 19h ou sur RDV.

FAUTEUILS PK20 – POUL KJAERHOLM – KOLD CHRISTENSEN 1968

Publié le

FAUTEUILS PK20 - POUL KJAERHOLM - KOLD CHRISTENSEN 1968

Disponibles chez FRANK LANDAU

SET DE 6 CHAISES TOUT BOIS – JEAN PROUVE – 1953

Publié le

SET DE 6 CHAISES TOUT BOIS - JEAN PROUVE - 1953

Disponibles chez PATRICK SEGUIN