Flux RSS

Archives de Tag: chandigarh

MDFG GALLERY @ NEW YORK

Gallery MDFG - Jeffrey Graetsch NYC x The Good Old Dayz 1

Jeffrey Graetsch et Ashley Booth Klein ont fondé la galerie MDFG (Modern Design Furniture Gallery) à Williamsburg en 2015. Après avoir présenté le travail des créateurs emblématiques du milieu du siècle, tels que Charlotte Perriand, Pierre Jeanneret, Le Corbusier et Jean Prouvé au sein de leur appartement, il décident d’ouvrir un espace en rez-de-chaussée sur le trottoir d’en face. Un showroom très épuré, sol en béton ciré et murs blancs, où se cottoient des masterpierces des plus grands architectes français d’après guerre et des créations d’Isamu Nocuchi ou encore George Nakashima.

MDFG GALLERY – 147 Metropolitan Avenue – Brooklyn NYC

EXPO « LE CORBUSIER AND HIS ASSOCIATES » @ MAGEN H GALLERY – NEW YORK

Publié le

Expo Le Corbusier x Gallery Magen H NYC 1

La Galerie Magen H et Gérald Moreau s’associent afin de nous présenter une exposition d’œuvres de Le Corbusier (1887-1965), accompagnée d’un catalogue d’exposition. Intitulé « Le Corbusier and His Associates », cette rétrospective est constituée de plus de 40 pièces de son mobilier emblématique et de ses éléments d’aménagement d’intérieur issus de ses projets d’urbanisme et de ses commandes en France et en Inde au XXe siècle.

Le Corbusier (né en suisse sous le nom de Charles-Edouard Jeanneret) fut l’architecte et l’urbaniste le plus influent du XXe siècle. Engagé dans le développement de conditions de vie plus simples et plus efficaces, Le Corbusier fut l’un des pionniers de l’architecture moderne et encouragea de nouveaux principes d’aménagement.

Après les dégâts considérables survenus en France après la guerre, Le Corbusier était déterminé à réhabiliter la société dans le but de créer davantage d’espaces intérieurs et extérieurs pour les résidents. En 1945, il obtint sa première commande de l’Etat français pour un nouveau grand projet de logement appelé Unité d’Habitation à Marseille. Ce projet a permis à Le Corbusier de manifester pleinement ses conceptions et d’intégrer ses idées sur la vie moderne. Ce bâtiment est sans doute devenu l’un des projets à grande échelle les plus importants et les plus inspirants de Le Corbusier.
Suite aux succès de ces commandes, la ville de Chandigarh en Inde lui confie le rôle de principal urbaniste dans l’espoir de reconstruire la ville à partir de rien après la partition de l’Inde en 1947. Parmi ses projets, citons la Haute Cour, le Secrétariat, l’Assemblée, ainsi que d’autres aménagements intérieurs et urbains dans toute la ville. Pendant ce temps et tout au long de sa carrière, Le Corbusier a travaillé avec des collaborateurs et des collaboratrices, tels que Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand et Giani Rattan Singh, qui ont contribué à la réalisation de ses projets et de son mobilier, dont certains sont présentés dans l’exposition.

Le Corbusier était et reste une figure influente de l’architecture moderne. Largement salué comme un visionnaire avec des conceptions urbaines imaginatives et une utilisation unique de l’espace, il a été capable de transformer radicalement la compréhension de notre société moderne. En organisant une sélection de meubles et de d’aménagements d’intérieurs significatifs de Le Corbusier et de ses collaborateurs issus de ses projets en France et en Inde, l’exposition met en lumière l’héritage de ses convictions sur la modernité, à la fois dans l’architecture et le mode de vie. Communiqué de presse via Magen H Gallery.

EXPO : PIERRE JEANNERET + CHANDIGARH @ ATELIER JESPERS – BRUXELLES – 19/01 au 20/02 2017

Pierre Jeanneret est né à Genève, le 22 Mars 1896 dans une famille de la bourgeoisie suisse. Son père était chirurgien. En 1912, son cousin Charles-Edouard Jeanneret, qui avait alors 25 ans, s’installa dans leur famille pour quelque temps. Pierre Jeanneret commença ses études à l’Ecole des Beaux Arts de Genève, où il était un étudiant brillant: il reçut les premiers prix de peinture, de sculpture et d’architecture en 1915. Appelé pour le service militaire entre 1916 et 1917, il poursuivit ensuite ses études en Suisse jusqu’en 1921.

En 1921, il décida de quitter la Suisse pour Paris. Il entra alors à l’agence des frères Perret (grâce à la lettre d’introduction de Le Corbusier qui avait travaillé pour eux 10 ans plus tôt). Malgré des idées similaires concernant la nécessité d’une nouvelle architecture, Le Corbusier se dissocia d’Auguste Perret en raison de leurs divergences de point de vue en ce qui concernait l’urbanisme et l’habitat de masse. Pierre Jeanneret choisit alors d’accompagner son cousin. Il devint son collaborateur officiel en 1923. Entre 1923 et 1940, l’association “Le Corbusier et Pierre Jeanneret” produisit de nombreux travaux.

A partir de 1936, Pierre Jeanneret travailla aussi en dehors de l’agence avec Charlotte Perriand sur des pièces de mobilier. En 1936, ils créèrent les meubles pour le bureau du ministère de l’agriculture. En 1937, à l’exposition universelle, ils présentèrent un refuge bivouac pour les randonnées en montagne. A partir de 1938, Pierre Jeanneret commença à concevoir des bâtiments de son côté.

En 1940, avec Charlotte Perriand, Jean Prouvé et Georges Blanchon, Pierre Jeanneret créa un bureau d’architectes destiné à répondre aux besoins de structures d’urgence destinées à remplacer les bâtiments détruits pendant la guerre : les « écoles volantes » par exemple. En Décembre 1940, Pierre Jeanneret se joignit au BCC (Bureau Central de la Construction), c’est à ce moment là qu’il se sépara de Le Corbusier. Le BCC avait été développé par Georges Blanchon pour reconstruire, dans le Sud de la France des bureaux et des sites d’entreprises qui avaient dû être déplacés par la guerre. Leur tâche était principalement de concevoir des constructions préfabriquées, démontables et transportables ainsi que du mobilier léger.

En 1944, Jeanneret revint à Paris où il monta une nouvelle agence d’architecture avec Georges Planchon. Ils collaborèrent également avec Charlotte Perriand, Jean Prouvé, Jean Bossu. Avec cette nouvelle agence, Pierre Jeanneret pu travailler sur différents projets d’écoles, d’immeubles d’habitation et de maisons individuelles. En 1949, la collaboration avec Georges Planchon prit fin. Et dans les années 1949-1950, Pierre Jeanneret, en collaboration avec Domingo Escorsa, construisit un lycée technique à Béziers qui est aujourd’hui reconnu comme l’une de ses oeuvres majeures, et a été listé comme Monument Historique. Il passa aussi quelque temps aux Etats Unis pour concevoir du mobilier pour Knoll & Associates.

En 1951, Pierre Jeanneret partit pour Chandigarh où il collabora avec Le Corbusier, Edwin Maxwell Fry et Jane Beverly Drew. Entre 1951 et 1965 il conçut et réalisa des logements publics, des maisons privées, des écoles, des hôpitaux, des bibliothèques, des bâtiments culturels et administratifs, des magasins, ainsi que le campus de l’université du Penjab, dont l’auditorium: le Gandhi Bhawan, qui est son œuvre la plus reconnue. Il continua à concevoir du mobilier léger, et fit aussi des plans d’urbanisme pour d’autres villes alentour. Pierre Jeanneret fut nommé Architecte en chef et Conseiller à l’Urbanisme de l’état du Penjab en 1954, il assuma ces fonctions jusqu’en 1965. Il devint également le principal de l’Ecole d’architecture de Chandigarh. En 1965, Pierre Jeanneret dût quitter l’Inde définitivement, en raison de problèmes de santé et revint à Genève. Il mourut à Genève le 4 Décembre 1967.

Toutes les infos sur ATELIER JESPERS

GALERIE PATRICK SEGUIN – JANVIER 2017

Pierre Jeanneret

Au début des années 1950, Pierre Jeanneret commence un nouveau projet à Chandigarh (Inde) à l’invitation de son cousin Le Corbusier qui y conçoit et développe un ensemble architectural sans précédent. Le Corbusier abandonnant le projet à mi-chemin, Jeanneret en devient l’Architecte en chef et le concepteur du développement urbain. Parallèlement il crée toute une typologie de mobilier destiné à équiper les bâtiments administratifs, et quelques maisons individuelles.

Jean Prouvé

Après des débuts dans la ferronnerie d’art, Jean Prouvé découvre la soudure électrique et diverses techniques de façonnage qu’il applique à la tôle d’acier, matériau qui lui permet d’obtenir un « corps creux ». L’emploi de ce matériau se retrouve dans la plupart des meubles de sa création. Dès les années 1930, Jean Prouvé affirme d’emblée la particularité de sa démarche : fabriquer des meubles en séries sur des machines industrielles.

Charlotte Perriand

Après des années de collaboration avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand, liberée d’une esthétique conventionnelle, oriente son esprit vers le travail du bois où elle trouve son épanouissement à la suite d’un séjour de 4 ans au Japon. Mais c’est surtout après-guerre que Charlotte Perriand élabore une conception nouvelle de l’habitat en conférant à ses réalisations une dimension humaine et créant ainsi une synthèse entre la tradition et l’industrie.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter la Galerie Patrick Seguin.