Flux RSS

Archives de Tag: interior

FOCUS MAROLLES @ GALERIE DESPREZ-BREHERET

Publié le


Après avoir tenu une première galerie spécialisée dans les arts décoratifs du XXème siècle à Angers pendant une quinzaine d’années, le couple Benjamin Desprez & Hélène Bréhéret déménage à Paris dans un très bel écrin au 30 rue Croix des Petits Champs dans le 1er arrondissement. Situés à quelques pas de la future Fondation Pinault, ils ajoutent à leur offre en mobilier ancien ( Charlotte Perriand, Ingo Maurer, Jean Touret, Pierre Chapo, Jeanine Abraham …), une sélection de pièces contemporaines avec les sculptures lumineuses de Guy Bareff et les tapisseries en feutre de laine de Brigitte Bouquin Selles, deux artistes représentés exclusivement par la galerie. Vous pouvez également venir découvrir en ce moment une très rare sélection de meubles et de luminaires des Artisans de Marolles et de Jean Touret.

Galerie Desprez Bréhéret – 30, rue Croix-des-Petits-Champs – 75001 Paris

Ouvert les vendredi et samedi de 11h à 19h ou sur RDV.

Publicités

EXPO « VERRE LUMIERE EDITION » @ GALERIE MEUBLES ET LUMIERES – du 08/03 au 28/04

Publié le

Photo_ensemble_luminaires_Verre_Lumiere - copie

La Galerie Meubles et Lumières a le plaisir de vous présenter cette exposition sur l’éditeur Verre Lumière, comprenant une quarantaine de modèles différents, fruit de nombreuses années de recherches. Verre Lumière est une société française créée en 1968 par le maître verrier Max Ingrand (ancien directeur artistique de Fontana Arte de 1954 à 1967), la société Mazda (filiale de Thomson) et la compagnie Saint-Gobain (forte de sa longue expertise dans la fabrication du verre).

C’est le designer Ben Swildens, déjà célèbre pour sa lampe œuf éditée par Fontana Arte, qui est promu directeur artistique de la nouvelle société. Tandis que la direction commerciale de Verre Lumière est confiée à un homme clé de l’aventure, Jacques Vidal, avec lequel Max Ingrand avait collaboré 15 ans auparavant pendant la construction du paquebot France. Ce chantier, symbole du luxe français, était sûrement le signe annonciateur de la naissance de Verre Lumière, qui alliera le savoir faire artisanal français à la modernité de ses designers, représentant ainsi la quintessence de la création française qui rayonnera dans le monde entier jusque dans les années 80.

La mission de l’entreprise est la création – fabrication d’éclairage contemporain souvent sur-mesure. De par sa formation, Max Ingrand privilégie l’utilisation du verre dans ses réalisations. Pour exemple sa célèbre lampe en verre opalin (modèle 1853) créée en 1954 et initialement éditée par Fontana Arte puis distribuée par Verre Lumière. La spécificité technique de ce matériau confère une diffusion douce et homogène de la lumière. Cette opaline sera une des signatures de Verre Lumière, souvent associée à l’acier inoxydable, l’aluminium, et le laiton.

Un des aspects du travail de Verre Lumière est de concevoir, en étroite collaboration avec les architectes, des projets d’éclairage spectaculaires, adaptés à la spécificité des lieux créés, dans une vision d’unité de l’architecture et de la lumière. La société collaborera avec tous les grands noms de l’architecture de l’époque au travers de chantiers prestigieux en France (Siège social de Peugeot à Paris, éclairages de l’école Polytechnique de Palaiseau, siège et agences de la banque Rothschild, La Grande Motte etc…). Mais également dans le monde entier, comme le palais du Shah d’Iran (Sabine Charoy), l’ambassade de France au Brésil à Brasilia (Michel Boyer), l’hôtel Cosmos en Russie. Cette étroite collaboration entre designers et architectes au sein de Verre Lumière a aussi permis l’élaboration de collections de luminaires haut de gamme de formes contemporaines – lampes, lampadaires, appliques et suspensions – proposées à ces mêmes architectes mais aussi distribuées et vendues en petites séries au sein de son magasin emblématique du Faubourg Saint-Honoré, conçu par Ben Swildens, ainsi que par un réseau de quelques enseignes reconnues. Ce sont ces luminaires exclusifs et rares que la galerie Meubles et Lumières réunit ici pour la première fois.

Parmi les pièces exposées, les lampes et lampadaires de Michel Mortier en métal laqué et verre opalin, celles de Max Ingrand en laiton, ou encore les lampes écran de Michel Boyer, partagent la même élégance moderne dans la sobriété des lignes. La lampe « paravent » de Jean-Pierre Vitrac, la lampe à système de Pierre Soulié et l’extraordinaire lampadaire articulé en métal chromé conçu par Ben Swildens pour le showroom Peugeot de l’avenue de la Grande-Armée, ajoutent une grande ingéniosité technique. En somme le luxe chez Verre Lumière s’incarne dans une parfaite maitrise d’exécution et un choix de matériaux de grande qualité. Il s’inscrit aussi dans cette vision futuriste propre à la décennie 1970.

Texte et photos via Galerie Meubles et Lumières

GALERIE PATRICK SEGUIN – AOUT 2017

Publié le

Pierre Jeanneret

Au début des années 1950, Pierre Jeanneret commence un nouveau projet à Chandigarh (Inde) à l’invitation de son cousin Le Corbusier qui y conçoit et développe un ensemble architectural sans précédent. Le Corbusier abandonnant le projet à mi-chemin, Jeanneret en devient l’Architecte en chef et le concepteur du développement urbain. Parallèlement il crée toute une typologie de mobilier destiné à équiper les bâtiments administratifs, et quelques maisons individuelles.

Jean Prouvé

Après des débuts dans la ferronnerie d’art, Jean Prouvé découvre la soudure électrique et diverses techniques de façonnage qu’il applique à la tôle d’acier, matériau qui lui permet d’obtenir un « corps creux ». L’emploi de ce matériau se retrouve dans la plupart des meubles de sa création. Dès les années 1930, Jean Prouvé affirme d’emblée la particularité de sa démarche : fabriquer des meubles en séries sur des machines industrielles.

Jean Royère

Jean Royère se tourne vers le métier de décorateur à l’âge de 29 ans. Il s’initie dans les ateliers d’ébénisterie du Faubourg Saint-Antoine à Paris. Son style original alliant couleurs vives, formes organiques, matériaux précieux et son répertoire empreint de poésie lui vaudront un succès immédiat et international.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter la Galerie Patrick Seguin.

LAMPADAIRE 1006 PAR GINO SARFATTI – ARTELUCE 1966

LAMPADAIRE 1006 PAR GINO SARFATTI - ARTELUCE 1966

NEWS CHEZ TACK.

Publié le

Toutes les infos ici

HÔTEL 3 ROOMS PAR AZZEDINE ALAÏA @ PARIS

Publié le

Situé en plein coeur du Marais à Paris, l’Hotel 3 rooms a laissé carte blanche au créateur Azzedine Alaia pour décorer ses 3 chambres, je dois avouer que c’est une réussite car l’atmosphère qui se dégage de ces photos d’Alexandre & Emilie  (Persona Production) est très intéressante et d’une esthétique aboutie.

Hôtel 3 Rooms
5 rue de Moussy
75004 Paris

« ARCHITECTURAL & MINIMALISTE : LE DESIGN FRANCAIS DES ANNEES 50 » @ GALERIE PASCAL CUISINIER

Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 1

La génération des premiers designers français défendue par la Galerie Pascal Cuisinier a été formée par les grandes idées fonctionnalistes et rationalistes des mouvements d’architecture moderne du début du siècle et de leurs représentants : Ludwig Mies Van der Rohe, Walter Gropius, Auguste Perret, Le Corbusier etc…

Ces mouvements se fondent sur les principes d’un minimalisme pur et radical: une forme réduite à son essentiel qui constitue une réponse parfaitement évidente à la fonction de l’objet – Le « less is more », n’étant pas un appauvrissement mais le fruit de nombreuses recherches de simplification et d’épure, afin d’obtenir la forme parfaite, la proportion la plus réussie et le détail le plus soigné.

Fondées sur ces principes, leurs recherches influenceront profondément leurs contemporains et les générations futures. Ces créateurs ont influencé tout le design de masse jusqu’aux formes actuelles des meubles Ikea. Leurs projets ont été repris pour le grand public durant les années 50’ et 60’.

C’est cette très grande contemporanéité que la Galerie Pascal Cuisinier  a souhaité nous présenter à travers une sélection d’une trentaine de pièces de Pierre Guariche, Jean-René Caillette, Joseph-André Motte, Alain Richard ou Pierre Disderot entre autres, parmi les plus radicales et minimalistes.

Du 29/10 au 31/12/2015  – Galerie Pascal Cuisinier – 13 rue de Seine – 75006 Paris

Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 5Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 3Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 4Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 9Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 7Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 2Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 12Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 13Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 11Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 6Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 8Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 10Pascal cuisinier - expo -Architectural & Minimaliste   design français 50 14