Flux RSS

Archives de Tag: paris

GALERIE PATRICK SEGUIN – FEVRIER 2019

Patrick Seguin x The good old dayz 1

Pour tout demande d’informations, n’hésitez pas à contacter la Galerie Patrick Séguin.

Publicités

EXPO « UNION DES ARTISTES MODERNES » @ CENTRE POMPIDOU

Publié le

L’UAM, Union des artistes modernes, incarne la modernité française au 20ème siècle. Elle a rassemblé tous les grands noms de créateurs dans une démarche inédite et inégalée, réunissant disciplines et domaines artistiques variés. L’UAM a eu pour ambition de proposer un nouvel art de vivre et n’a cessé de vouloir le faire partager au plus grand nombre. Pensée comme un organe de combat, elle s’est attaquée aux conservatismes ambiants et, contexte oblige, a dû en rabattre et se muer en une communauté sur la défensive, jusqu’à s’incliner et se dissoudre. L’exposition inédite que consacre le Centre Pompidou à cette aventure met en scène cinquante ans de création moderne sous l’égide des noms les plus emblématiques du 20ème siècle : de Le Corbusier à Robert Mallet-Stevens, d’Eileen Gray à Charlotte Perriand, de Pierre Chareau à René Herbst, de Francis Joudain à Jean Prouvé… Au cours d’un parcours chronologique articulé en différentes sections, l’exposition remonte aux origines françaises de cet idéal où tous les arts se côtoient et se conjuguent à travers les réalisations collectives et les œuvres de chacun.

La constitution de l’UAM date du 15 mai 1929. Elle trouve son origine dans le Salon d’Automne créé en 1903, qui va servir tout à la fois de lieu d’expérimentation et de caisse de résonance aux tenants de la modernité. Les arts décoratifs ne sont pas relégués au second plan et on peut entrevoir la modernité des intérieurs dans les tableaux des peintres de l’avant-garde tels Pierre BonnardÉdouard Vuillard et Henri Matisse. La puissance de la couleur et la rupture avec les motifs de l’art nouveau sont ainsi partagées dans un même mouvement. L’idée d’un regroupement germe dans la pratique professionnelle des membres fondateurs qui, durant les années 1920, ont développé, à l’occasion de commandes ou de manifestations, des réponses communes et une pratique collective.
L’UAM, ce sont des hommes et des femmes au passé commun, des confrères, des amis, des complices. Ce sont des figures, de fortes personnalités, des créateurs engagés. Ils se rassemblent pour faire face au refus de la Société des artistes décorateurs de leur accorder une présentation groupée leur permettant d’affirmer les principes de l’esthétique moderne qu’ils défendent. Autour du premier comité directeur constitué par Robert Mallet-Stevens, Francis Jourdain, René Herbst, Hélène Henry et Raymond Templier, plusieurs dizaines de personnalités, parmi lesquelles Sonia Delaunay, Fernand Léger, Jean Carlu, Pierre Chareau, Jean Prouvé, Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand ou Eileen Gray, se retrouvent unies par un même idéal : s’entêter à créer sans regarder en arrière.

Si l’UAM se dote d’un manifeste quelques années après sa fondation, en 1934, pour répondre à toutes les attaques auxquelles elle a dû faire face, son mode d’expression privilégié est l’exposition. Quatre salons annuels à partir de 1930, participation aux salons de la lumière en 1935 et 1936, participation aux expositions de l’habitation, forte présence aux salons des arts ménagers, expositions de concours organisés conjointement avec l’OTUA (Office technique pour l’utilisation de l’acier) et notamment ceux des cabines de paquebot et du mobilier scolaire. Les salons de l’UAM se veulent la démonstration d’une vision commune, revendiquent la prééminence du collectif, affirment l’absence d’une hiérarchie entre les arts, affichent une modernité résolue qui n’est encore que rarement acceptée et promue par les pouvoirs publics. Seule l’arrivée du Front populaire redonne aux membres de l’UAM une place dans l’exposition internationale de 1937. À côté de diverses participations des uns et des autres dans différents pavillons, tous se retrouvent dans celui de l’UAM, signé Georges-Henri Pingusson avec Frantz-Philippe Jourdain et André Louis, et dont l’architecture dynamique de métal et de verre est une des rares expressions de l’architecture nouvelle de cette manifestation.

Après les années de dépression économique, après une période marquée par une lutte sur le front du style en leur défaveur, l’exposition apparaît alors pour ses membres comme un sursaut. Rétrospectivement, on peut y voir l’apogée de l’action de l’UAM, car, après les années noires de la guerre, ses membres peuvent imaginer leur heure venue, être appelés à participer à la reconstruction du pays sur de nouvelles bases. C’est le cas, mais l’association périclite : elle a vécu. Ses adhérents, anciens et nouveaux, continuent de se revendiquer de l’esprit qui animait l’UAM, le mettent en pratique dans leurs réalisations mais vont se doter progressivement de nouvelles structures : Formes utiles qui poursuit le combat pour renouveler l’art de vivre et le Groupe Espace qui entend associer architectes, ingénieurs et artistes à la recherche d’une synthèse des arts.

Texte via Centre Pompidou

Expo Unions des Artistes Modernes UAM POMPIDOU - Crédit The Good Old Dayz 34

LA BIENNALE PARIS 2017 @ LE GRAND PALAIS

« Pour les amateurs d’art du monde entier, la Biennale des Antiquaires est un rendez-vous incontournable depuis plus d’un demi-siècle et la quintessence de « l’art de vivre à la française ». A un tournant de son histoire, en 2017 et sans abandonner ce qui fait d’elle une exception, La Biennale devient un évènement annuel et se nomme désormais :
La Biennale Paris.

DE NOUVELLES DATES POUR S’ADAPTER À L’ANNUALISATION DE LA BIENNALE PARIS

Avec l’annualisation, La Biennale Paris confirme son engagement pour le renouveau et le développement, en adoptant un format plus court, plus dynamique, tout en offrant deux week-ends potentiels aux collectionneurs et aux professionnels français et internationaux.

LA SEMAINE DE RENTRÉE CULTURELLE ET ARTISTIQUE 2017

La Biennale Paris souhaite également accompagner et encourager le développement d’une rentrée artistique et culturelle plus dense et attractive. A terme, c’est bien l’idée d’une semaine de l’excellence artistique qui est recherchée faisant ainsi de Paris, mi-septembre chaque année, la grande destination culturelle des collectionneurs et des professionnels. Aux côtés de La Biennale Paris en 2017, auront lieu deux grandes expositions initiées par les musées Marmottan Monet et JacquemartAndré avec, pour le premier, une exposition qui fera date autour de « Monet, Collectionneur » et pour le second un hommage à l’impressionnisme avec « Les Trésors impressionnistes de la collection Ordrupgaard – Sisley, Cézanne, Monet, Renoir, Gauguin…».

BARBIER-MUELLER : UNE EXPOSITION HOMMAGE À UNE PASSION CENTENAIRE

Le Syndicat National des Antiquaires et son Président Mathias Ary Jan ont l’immense plaisir d’accueillir une prestigieuse exposition pour cette nouvelle édition. Fort de sa volonté de (re) mettre le collectionneur au centre du dispositif, le SNA souhaite également rendre hommage à Jean Paul Barbier-Mueller. L’exposition sera, en effet, inédite, singulière et pensée comme une célébration de la passion d’un collectionneur et de l’art en héritage. Elle se composera de groupes de pièces majeures et emblématiques des collections de Gabriel (art des Samouraïs), Stéphane (numismatique et peinture du XVIIIe siècle) et Thierry (art contemporain) Barbier-Mueller dialoguant avec des œuvres issues des collections de leur grand-père Josef Mueller, leur mère Monique et leur père Jean Paul Barbier-Mueller. Fruit de l’activité de collectionneur de Diane BarbierMueller, illustrant la quatrième génération de cette famille, une sélection d’éditions originales du XVIIe et du XVIIIe siècle sera également exposée. Les pièces qui seront dévoilées à la Biennale Paris sont des chefs-d’œuvre, des pièces historiques remarquables, et qui n’ont, pour certaines, jamais été montrées au public. »

Un grand bravo à la Galerie Jacques Lacoste pour la scénographie de son stand ainsi que sa sélection composée de pièces exceptionnelles de Diego Giacometti, Jean-Michel Frank, Alexandre Noll, Eugène Printz, Jean Royère et Max Ingrand.

Biennale Paris2017 X THE GOOD OLD DAYZ 4

 

LE METRO DE PARIS X THE GOOD OLD DAYZ

le-metro-ideal-de-tgod

GALERIE PATRICK SEGUIN – AOUT 2017

Publié le

Pierre Jeanneret

Au début des années 1950, Pierre Jeanneret commence un nouveau projet à Chandigarh (Inde) à l’invitation de son cousin Le Corbusier qui y conçoit et développe un ensemble architectural sans précédent. Le Corbusier abandonnant le projet à mi-chemin, Jeanneret en devient l’Architecte en chef et le concepteur du développement urbain. Parallèlement il crée toute une typologie de mobilier destiné à équiper les bâtiments administratifs, et quelques maisons individuelles.

Jean Prouvé

Après des débuts dans la ferronnerie d’art, Jean Prouvé découvre la soudure électrique et diverses techniques de façonnage qu’il applique à la tôle d’acier, matériau qui lui permet d’obtenir un « corps creux ». L’emploi de ce matériau se retrouve dans la plupart des meubles de sa création. Dès les années 1930, Jean Prouvé affirme d’emblée la particularité de sa démarche : fabriquer des meubles en séries sur des machines industrielles.

Jean Royère

Jean Royère se tourne vers le métier de décorateur à l’âge de 29 ans. Il s’initie dans les ateliers d’ébénisterie du Faubourg Saint-Antoine à Paris. Son style original alliant couleurs vives, formes organiques, matériaux précieux et son répertoire empreint de poésie lui vaudront un succès immédiat et international.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter la Galerie Patrick Seguin.

GALERIE JOUSSE ENTREPRISE @ PARIS

Petit aperçu de la sélection du moment à la Galerie Jousse. Vous y trouverez de rares pièces de Maria Pergay et Pierre Paulin qui dialoguent habilement avec des luminaires de Gino Sarfatti et Serge Mouille ainsi que du mobilier d’architecte signé Jean Prouvé ou Pierre Jeanneret. Pour compléter le mobilier, vous pouvez découvrir des céramiques de Georges Jouve et Kristin McKirdy. Si vous souhaitez admirer ou acquérir ces créations d’exception : rendez-vous au 18 rue de Seine à Paris.

Galerie Jousse x The Good Old Dayz 2

LA BIENNALE DES ANTIQUAIRES 2016 @ LE GRAND PALAIS

« Pour les amateurs d’art du monde entier, la Biennale des Antiquaires est un rendez-vous incontournable depuis plus d’un demi-siècle et la quintessence de l’art de vivre à la française « .  A cette occasion, 125 exposants venant de 14 pays se sont donnés rendez-vous pour nous proposer leur pièces les plus rares. Parmi mes coups de coeur, la sélection exceptionnelle de miroirs de Line Vautrin sur le stand de la Galerie Chastel Maréchal, une bibliothèque des années 30 de Jean Prouvé et un salon ours polaire de Jean Royère proposés par la Galerie Downtown François Laffanour, les tapisseries de Jean Dewasne exposées par le Mobilier National, des toiles ainsi qu’une magnifique tapisserie signées Le Corbusier chez la Galerie Zlotowski, du mobilier dessiné par le danois Poul Kjaerholm sur le stand de Dansk MobelKunst, et, pour finir, une très belle sélection de montres chez The Beautiful Watch.

la-biennale-des-antiquaires-2016-grand-palais-x-the-good-old-dayz-4