Flux RSS

Archives de Catégorie: EXPO/ SHOP REPORT

EXPO « PIERRE CARDIN : LES SCULPTURES UTILITAIRES » @ 10 CORSO COMO – MILAN

Publié le

Le concept store 10 Corso Como à Milan vous propose jusqu’au 1er mai 2017 son exposition « Pierre Cardin : Les Sculptures Utilitaires ».

Sculptures Utilitaires est une collection de meubles de design créés par le Studio Pierre Cardin dans les années 1970. Il s’agit de sculptures qui ajoutent à leur fonction décorative celle de l’utilité. Cachés habilement par des formes sinueuses, les «Sculptures Utilitaires» cachent meubles ou accessoires d’usage courant qui trouvent utilité dans tous les foyers. Pierre Cardin a commencé sa production de meubles haute couture en 1977, comme relance aux créateurs français à plus d’imagination en matière de mobilier : en résulte une collection complète de meubles élégants aux formes sinueuses qui peuvent trouver leur place dans tous les intérieurs. Le Studio Pierre Cardin a produit des sculptures d’incroyable valeur artistique en reprenant parfois certains thèmes caractéristiques de ses collections de mode. Le thème de L’amour en est un exemple, la ligne de sculptures Homme et femme a été créée par reprise de la célèbre robe Espace.

Pierre Cardin s’amuse à considérer le meuble comme une robe en sculpture : « C’est idiot de placer un meuble contre un mur, si mes meubles sont recto verso, c’est pour être vus sous tous les angles. De dos comme de face ». C’est le concept à partir duquel va partir la ligne créative du Studio Pierre Cardin, la rendant unique et inimitable.
Expo Pierre Cardin - 10 Corso Como Milan - The Good Old Dayz 1

JASPER MAISON @ PARIS

Publié le

JASPER MAISON – 1 rue du Bourg l’Abbé – 75003 Paris

REPORT PHOTO : JANINE ABRAHAM & DIRK JAN ROL @ GALERIE PASCAL CUISINIER – 17/03 au 22/04 2017

Publié le
À l’occasion de la parution de la monographie sur Janine Abraham et Dirk Jan Rol de Patrick Favardin aux éditions Norma en début d’année, la galerie Pascal Cuisinier organise, du 17 mars au 22 avril 2017, une exposition dédiée aux vingt meilleures années ce couple de designers et architectes qui montrera à la fois leurs modèles les plus emblématiques mais aussi un ensemble de pièces plus rares, souvent restées à l’état de prototypes et issues de collections privées.

Le duo formé par Janine Abraham et Dirk Jan Rol, dans la vie comme au sein de leur agence, est sans doute le couple de créateurs le plus touche-à-tout du design français de l’après guerre. Janine Abraham est formée à l’Ecole Camondo dont elle sort major en 1952 et fut l’élève de Maxime Old et René-Jean Caillette. Elle rencontre également Pierre Paulin qui la suivra chez l’éditeur Meubles TV pour qui elle créé ses premiers modèles. Dirk Jan Rol acquiert quant-à lui une formation d’ébéniste en Hollande puis d’architecte d’intérieur à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Ils travaillent ensuite dans différents ateliers d’atchitectes et de décorateurs dont celui de Jacques Dumond où ils se rencontrent en 1955. Dès l’année suivante, le couple expose au salon de la Société des artistes décorateurs et dessine une gamme de sièges en rotin pour l’éditeur Rougier. Il ouvre sa propre agence en 1957 où ils développent de nombreux projets d’aménagement intérieur et d’architecture car Dirk Jan Rol sera par la suite agréé en architecture. Leur travail est marqué par une grande qualité de dessin, une pertinence dans le choix des matériaux et l’originalité de leurs inventions formelles. Il est une très belle synthèse de leurs deux personnalités, entre la souplesse des meubles en rotin de Janine et la rigueur architecturale de Dirk Jan.

expo janine abraham & dirk jan rol - galerie pascal cuisinier 7

REPORT PHOTO @ PAD PARIS 2017

Publié le

Événement fondateur pour les amateurs et collectionneurs internationaux d’Art et de Design, le PAD réinvente depuis 20 ans le cabinet d’amateur et l’éclectisme, discernant les aspirations esthétiques et plastiques de son époque pour offrir un écrin intimiste à ceux qui, par héritage et par passion, ont élu les Arts Décoratifs et le Design comme le cœur de leur collection.

Chaque édition évolue pour faire naître des dialogues inédits entre l’Art Moderne, le Design Historique et Contemporain, les Bijoux, les Arts Premiers, et affirmer une personnalité et un point de vue unique de l’Art de Vivre et de Collectionner. Le magnétisme du PAD, c’est l’invitation à pénétrer dans une collection personnelle, conçue par une sélection de marchands français et internationaux, tous plus pertinents dans leurs domaines, pour s’adresser à chaque collectionneur passionné venu du monde entier.

Le PAD propose un parcours exceptionnel du Beau, une résonance stimulante entre les oeuvres mais également entre les spécialités et les personnalités des marchands. Un véritable Salon où l’oeil est sans cesse en alerte, les esprits toujours éveillés, le lieu où se révèle et se construit le goût contemporain pour les Arts Décoratifs des XXème et XXIème siècles.

Un grand bravo à la Galerie Alexandre Guillemain pour son Prix du design contemporain avec ses vases de Rowin Atelier

PAD 2017 x the good old dayz 2

PAD 2017 x the good old dayz 13

PLASTICARIUM – MUSEE ADAM @ BRUSSELS

Publié le

Tout commence en 1987 lorsque Philippe Decelle ramasse une chaise de Joe Colombo sur une poubelle. Il songe alors que notre société a la mémoire courte : elle brûle aujourd’hui ce qu’elle a adoré hier. Au fil des années, Philippe Decelle continue d’accumuler plusieurs centaines de pièces en plastique [de l’objet du quotidien à l’œuvre d’art] des Golden Sixties à nos jours. La collection – qui prend le nom de Plasticarium – compte les éditions originales de grandes figures du design, comme Joe Colombo, Verner Panton, Eero Aarnio, mais aussi plus contemporaines tels Philippe Starck, Charles Kaisin et bien d’autres designers, connus ou non.

Longtemps convoité par Londres, New York et Paris, l’ensemble est finalement acquis en 2014 par le ADAM en vue d’en constituer sa collection permanente.

Musée Adam Bruxelles x the good old dayz 1

EXPO : JANINE ABRAHAM & DIRK JAN ROL @ GALERIE PASCAL CUISINIER – 17/03 au 22/04 2017

Publié le
À l’occasion de la parution de la monographie sur Janine Abraham et Dirk Jan Rol de Patrick Favardin aux éditions Norma en début d’année, la galerie Pascal Cuisinier organise, du 17 mars au 22 avril 2017, une exposition dédiée aux vingt meilleures années ce couple de designers et architectes qui montrera à la fois leurs modèles les plus emblématiques mais aussi un ensemble de pièces plus rares, souvent restées à l’état de prototypes et issues de collections privées.

Le duo formé par Janine Abraham et Dirk Jan Rol, dans la vie comme au sein de leur agence, est sans doute le couple de créateurs le plus touche-à-tout du design français de l’après guerre. Janine Abraham est formée à l’Ecole Camondo dont elle sort major en 1952 et fut l’élève de Maxime Old et René-Jean Caillette. Elle rencontre également Pierre Paulin qui la suivra chez l’éditeur Meubles TV pour qui elle créé ses premiers modèles. Dirk Jan Rol acquiert quant-à lui une formation d’ébéniste en Hollande puis d’architecte d’intérieur à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Ils travaillent ensuite dans différents ateliers d’atchitectes et de décorateurs dont celui de Jacques Dumond où ils se rencontrent en 1955. Dès l’année suivante, le couple expose au salon de la Société des artistes décorateurs et dessine une gamme de sièges en rotin pour l’éditeur Rougier. Il ouvre sa propre agence en 1957 où ils développent de nombreux projets d’aménagement intérieur et d’architecture car Dirk Jan Rol sera par la suite agréé en architecture. Leur travail est marqué par une grande qualité de dessin, une pertinence dans le choix des matériaux et l’originalité de leurs inventions formelles. Il est une très belle synthèse de leurs deux personnalités, entre la souplesse des meubles en rotin de Janine et la rigueur architecturale de Dirk Jan.

Ils seront d’ailleurs récompensés à plusieurs reprises, notamment par une médaille d’argent à la Triennale de Milan en 1957 pour une chauffeuse en aluminium – qui sera présentée à la galerie lors de l’exposition – ou par une médaille d’or à l’exposition Universelle de Bruxelles en 1958 pour leur fauteuil «Soleil» en rotin. Ils seront également reconnus en tant qu’architectes d’intérieur et réaliseront d’intéressants projets d’aménagement privé mais aussi de nombreuses réalisations commerciales comme les premiers magasins Yves Rocher ou les boutiques ultra-modernes des Huchers-Minvielle. Par une scénographie élaborée en partenariat avec Dirk Jan Rol, la galerie mettra aussi en valeur leur architecture et leur rapport très personnel à la nature si caractéristique de leur œuvre.

EXPO « AMERICAN MASTERS – DESIGN 1950-70 » @ GALERIE ALEXANDRE GUILLEMAIN

Publié le

Cela fait déjà quelques années que la galerie Alexandre Guillemain s’attache à mettre en avant le design américain des années 50 à 70 au sein de son espace aux Puces de St Ouen au bien lors de différents salons comme le PAD (à Londres et à Paris) ou Design Elysées. C’est donc tout naturellement, qu’une exposition rassemblant une sélection de pièces des plus grands créateurs outre atlantique s’est montée au sein de la galerie au 21 rue visconti dans le 6ème arrondissement à Paris. Au programme : des classiques reconnus tels que ces assises de Warren Platner et Charles Eames ou bien la table cyclone d’Isamu Noguchi pour Knoll mais également des meubles moins courants comme les fauteuils cocktail de Robsjohn Gibbings, le cabinet suspendu de George Nakashima ou encore la table basse zig-zag dessinée par Paul Evans dans les années 60. Pour compléter la sélection, des pièces de Paul Mccobb, George Nelson ou Philip Lloyd Powel, entre autres, meublent ce bel écrin de la rue Visconti ou la galerie vous accueille jusqu’au 10 mars pour profiter de cette exposition d’exception.

expo-american-masters-design-1950-70-galerie-alexandre-guillemain-1

L’American way of life : du design industriel…

Après la seconde Guerre mondiale, les Etats unis connaissent une période de prospérité sans précédent, propice à l’épanouissement de l’American Way of Life. Cette recherche du bonheur érigée en mode de vie, accorde une place importante aux objets du quotidien et au confort qu’ils prodiguent. Partout sur le territoire américain, de jeunes designers formés aux principes modernistes du Bauhaus s’attachent à répondre à cette attente. Qu’il s’agisse de larges éditions dans le cas de Charles & Ray Eames, d’Eero Saarinen ou de Florence Knoll, ou d’une production plus élitiste pour ce qui relève de Paul Mc Cobb, Edward Wormley ou Robsjohn Gibbings, chacun cherche à satisfaire aux exigences nouvelles d’un consommateur au pouvoir d’achat décuplé, désireux d’affirmer son appartenance sociale. Porté par un dessin dynamique et volontaire qui fait écho aux lignes aéronautiques ou automobiles, le mobilier qu’ils développent affiche des proportions généreuses. Par l’intervention du verre et de l’acier, matériaux caractéristiques du Style International, ils soulignent également l’affirmation des Etats- Unis comme première puissance industrielle.

… à la pièce unique « handcrafted »

Parallèlement, de jeunes artistes souvent établis en colonies (New-Hope, Berkeley, Greenwich Village, etc. ) remettent en question la standardisation du mobilier et sa production en série. C’est notamment le cas des ébénistes George Nakashima et Phillip Lloyd Powell comme du sculpteur Paul Evans, essentiellement auteurs de pièces uniques ou de petites séries « handcrafted », c’est à dire réalisées à la main. Ils souhaitent rompre avec le dogme fonctionnaliste : ce n’est pas la fonction qui doit déterminer la forme, mais la matière elle- même. Les irrégularités organiques du bois définissent ainsi librement l’aspect d’un plateau de table ou de l’accoudoir d’un fauteuil.De fait, réalisées en faible nombre, leurs pièces sont souvent l’objet de commandes spéciales et il était parfois nécessaire à l’amateur de se déplacer jusque dans les ateliers de l’artiste pour se les procurer. D’une qualité d’exécution sans pareil, celles-ci valorisent les essences locales tel le noyer d’Amérique ou le pin d’Oregon, dont la teinte miel, raffinée et sensuelle, est aujourd’hui extrêmement prisée des collectionneurs.

Plus d’infos sur le site de la galerie Alexandre Guillemain